Alexia alias "Lexi Sagora" Miss Pin-Up Grand Est

Actualizado: 9 de nov de 2020


Crédit photo : Stéph Yung


1. Quelle a été votre motivation pour vous inscrire à ce concours ?

J’ai déjà tenté l’expérience en 2018. A cette époque, il s’agissait pour moi de faire un important travail sur moi-même après d’importants changements dans ma vie. Je venais de perdre plus de 60kg en 18 mois et il me fallait trouver le moyen de me dépasser et de trouver un peu de confiance en moi. Je dis bien « trouver » et non « retrouver » car à cette époque et durant toute ma vie jusqu’alors, je n’en avais aucune. J’ai décidé de retenter l’expérience cette année afin de « boucler la boucle ». Mon parcours chirurgical est terminé, je suis enfin bien dans ma peau et cette élection représente pour moi l’opportunité de réellement me prouver que oui, je peux avoir confiance en moi, en celle que je suis devenue, en ce nouveau corps abîmé et balafré mais que j’apprends à aimer chaque jour un peu plus.



Crédit photo : Numéro Six photography


2. Cela fait des années (entre 1920 et 1960) que la Pin-Up existe dites-nous laquelle de ces années est la plus représentative pour vous ?

Bien que l’on associe très souvent « pin-up » et Années 50, la décennie la plus représentative pour moi de la Pin-Up est celle des Années Folles (1920-1930). En 1920, le monde sort de la Grande Guerre. On s’amuse et cela se voit dans tous les domaines. Les femmes ont remplacé les hommes partis au front et sont bien décidées à conserver leurs nouveaux acquis : elles coupent leurs cheveux, portent du maquillage, raccourcissent leurs jupes et portent des pantalons (le style inimitable de Coco Chanel restera d’ailleurs dans les annales)… Dans plusieurs pays, les suffragettes luttent et permettent aux femmes d’obtenir le droit de vote.

Pour moi, la Pin-Up est une femme qui s’assume dans toute sa féminité sans pour autant être une potiche ou une « Bobonne » qui reste à la maison à préparer des bons petits plats. C’est une femme qui fait ce qui lui plait, comme cela lui plait et quand cela lui plait. Elle assume ses forces et ses faiblesses, se bat pour être celle qu’elle veut être. Quel meilleur exemple que la femme des Années 20 qui lutte pour obtenir la place qui lui revient dans une société dominée par les hommes ? La femme des Années 20 était profondément féministe, et pour moi la Pin-Up, telle que je la conçois, l’est aussi.

C’est également la grande époque des cabarets et des music-halls, et de l’apparition d’icônes de sensualité et de liberté telles Joséphine Baker ou d’actrices rebelles et « sulfureuses » comme Clara Bow. Cette émulation artistique, cette vie nocturne débridée de la décennie 20-30 et cette prise de pouvoir de la femme dans l’espace public est pour moi le berceau de la Pin-Up.


Crédit photo : Stéph Yung


3. Miss Pin-Up France représente quoi pour vous ?

Pour moi, Miss Pin-Up France représente la célébration de la féminité sous toute ses formes mais surtout la tolérance et le respect. J’aime le fait que ce concours se démarque des autres concours en laissant d’une certaine façon la beauté physique au second plan. J’aime la diversité que le Comité promeut de par les différentes candidates sélectionnées. C’est une façon de montrer que la beauté n’est pas une norme de taille et de poids mais un tout, que le physique n’est pas le plus important et qu’au final, ce qui importe vraiment c’est sa façon d’être, sa beauté intérieure, son élégance et le respect que l’on a pour les autres.


Merci Alexia

84 vistas0 comentarios

Entradas Recientes

Ver todo